La Ville de Longueuil règle près de 2 000 griefs avec ses employés cols bleus

Lors d'une séance extraordinaire, le comité exécutif de l'agglomération de Longueuil a entériné le règlement de près de 2 000 griefs déposés par environ 700 employés actuels ou à la retraite entre 2004 et 2019. Dans le cadre de ce règlement sans admission, le Syndicat canadien de la fonction publique, section locale 307, convient qu'un montant de 438 000 $ est dû à la Ville pour le dépassement des libérations syndicales pour les années 2015 à 2018. En contrepartie, la Ville accepte de verser au Syndicat un montant de 703 000 $ pour le règlement des griefs.

« C'est dans un esprit d'ouverture et de dialogue que les parties patronales et syndicales se sont rencontrées. Ce règlement s'inscrit dans la foulée de deux autres ententes survenues récemment, soit l'harmonisation de l'ensemble des régimes de retraite des cols bleus, et l'accord sur l'application de la loi 15 (Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal). Dans ce même état d'esprit, nous pouvons maintenant entamer les discussions afin de convenir, pour l'ensemble des cols bleus du territoire, d'un nouveau contrat de travail agile et moderne, tout en assurant des conditions de travail respectueuses pour nos employés », a déclaré le directeur général de la Ville de Longueuil, M. Patrick Savard.

« Longueuil se développe rapidement et nous comptons sur la contribution de tous nos employés afin de continuer de bien servir nos citoyens. Je suis heureuse de constater que les discussions des derniers mois ont permis de régler ces griefs, dont certains dataient de plus de 15 ans, et que les parties pourront dorénavant se concentrer sur les enjeux actuels. Par-dessus tout, c'est l'ensemble de nos citoyens qui peuvent se réjouir que ce climat de collaboration annonce une nouvelle ère dans les relations de travail sur notre territoire », a conclu la mairesse de Longueuil, Mme Sylvie Parent.