Cabinet de la mairesse – Financement des corps de police municipaux : la mairesse Sylvie Parent appuie sans réserve la demande de la FPMQ

La mairesse de Longueuil, madame Sylvie Parent, joint sa voix à la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) qui a dénoncé dimanche dernier le système de financement à « deux vitesses » des corps policiers québécois.

La FPMQ a rappelé à juste titre que les corps de policiers municipaux des 33 plus grandes villes du Québec ne reçoivent pas d'argent du gouvernement provincial contrairement à la Sûreté du Québec (SQ). Ce faisant, les citoyens des villes qui ont leur propre corps de police municipal doivent payer à la fois leur service de police en plus de ceux des villes faisant appel à la SQ.

Pour madame Parent, « si le gouvernement du Québec permet à des villes d'épargner en choisissant d'avoir recours à la SQ, il doit alors compenser les villes qui doivent financer leur service de police municipal. Déjà que plusieurs villes voient les coûts de leur police varier en fonction de leur réalité sociale, démographique et même géographique, on ne peut pas, en plus, creuser l'écart en favorisant ceux qui sont desservis par la SQ. C'est une question d'équité envers les contribuables ».

La question du financement adéquat et équitable des services de police municipaux est un enjeu primordial pour la mairesse de Longueuil. Elle en avait d'ailleurs saisi par lettre la ministre de la Sécurité publique, Madame Geneviève Guilbault, en décembre 2018.

Le 19 septembre dernier, madame Parent avait également présenté aux élus du Caucus des grandes villes de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) une synthèse des besoins des services policiers selon les nouvelles réalités des centres urbains.