Portail citoyen Langues

Cabinet de la mairesse - Longueuil investit dans la recherche en prévention de la radicalisation et de la polarisation sociale, en collaboration avec le cégep Édouard-Montpetit

La Ville de Longueuil et le Centre d’expertise et de formation sur les intégrismes religieux, les idéologies politiques et la radicalisation (CEFIR) du cégep Édouard-Montpetit annoncent une collaboration innovante. La Ville accorde une aide financière de 50 000 $ au Cégep afin, d’une part, de profiter de services-conseils et de formations par les experts du CEFIR et, d’autre part, de mettre en place une démarche de coconstruction des savoirs permettant de mieux soutenir les organisations institutionnelles et communautaires de son territoire. L’objectif est de prévenir la radicalisation et la polarisation sociale, de même que d’assurer un meilleur rapport à la démocratie et à ses institutions.

« L’état du climat social me préoccupe énormément. J’avais fait plusieurs interventions en ce sens en tant que députée de Marie-Victorin à l’Assemblée nationale du Québec, dans le contexte de la pandémie. Avec la montée en flèche de la désinformation et des discours haineux, je continue de penser qu’il est primordial d’agir en prévention, en se basant sur la science et la recherche, afin de limiter les conséquences liées à ces phénomènes. C’est ce à quoi la Ville de Longueuil souhaite contribuer par la conclusion de cette entente avec le CEFIR. Notre communauté sera ainsi mieux outillée pour assurer le maintien d’un milieu de vie sécuritaire et sain pour toutes les Longueuilloises et tous les Longueuillois », a déclaré Catherine Fournier, mairesse de Longueuil et responsable des institutions démocratiques au sein du comité exécutif de la Ville.

« Le partenariat avec la Ville de Longueuil reflète à la fois l’engagement social du cégep Édouard-Montpetit dans sa communauté et l’excellence de la recherche scientifique qui s’effectue chez nous. Grâce à cette entente, le CEFIR pourra réaliser des études sur le terrain avec la participation de tous les acteurs du milieu afin d’accroître et de partager les connaissances communes », a ajouté Sylvain Lambert, directeur général du cégep Édouard-Montpetit.

Un partenariat aux multiples facettes
La première phase du projet entre la Ville de Longueuil et le CEFIR comporte deux volets qui seront réalisés au cours de la prochaine année. Dans le cadre du premier volet, en plus d’agir comme expert-conseil et de fournir de l’accompagnement à la Ville, le CEFIR offrira des séances de formation aux élus et aux fonctionnaires afin de les informer et de les sensibiliser en matière de prévention des polarisations sociales et de la radicalisation pouvant mener à la violence.

Le deuxième volet du partenariat porte sur une démarche de coconstruction des savoirs entre les chercheurs du CEFIR et différents acteurs communautaires et institutionnels agissant sur le terrain. La première étape de cette démarche consiste à préparer un état des lieux pour identifier les besoins, les enjeux émergents et les préoccupations de ces parties prenantes en ce qui a trait à la prévention de la radicalisation, aux polarisations sociales et au rapport à la démocratie. Pour faciliter la concertation, un comité de pilotage sera mis sur pied avec, notamment, des représentants du CEFIR, du Cégep, du Bureau de développement social de la Ville de Longueuil, du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) et de certains organismes du territoire.

« Nous mènerons des consultations auprès d’un échantillon d’organisations du territoire afin de tenir compte des situations particulières vécues par diverses communautés culturelles, sexuelles et linguistiques, notamment. Un rapport sera produit à la suite de l’analyse qualitative des données. À la lumière des résultats, le CEFIR pourra proposer des formations et de l’accompagnement ciblant les besoins réels des divers acteurs de la communauté. Cette première étape pourra également faire ressortir des pistes pour développer de nouvelles formations et outils pédagogiques, ou pour entreprendre d’autres projets de recherche répondant précisément aux besoins de notre communauté », a expliqué le chercheur du CEFIR, Frédérick Nadeau.

Dans son ensemble, le projet comprend trois grandes phases de développement. La présente entente concerne uniquement la première phase et se terminera au plus tard le 30 septembre 2023. D’autres annonces suivront à moyen terme concernant les deux phases subséquentes qui serviront à la proposition et à l’élaboration de pistes d’action adaptées au territoire dans un contexte de polarisation élevée.

« Cette démarche innovante permettra par ailleurs de continuer à favoriser la relation de proximité entre le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) et la communauté. Je suis très fière de ce partenariat », a conclu Affine Lwalalika, membre du comité exécutif responsable de la sécurité publique.  

Une expertise reconnue
Depuis sa fondation il y a six ans, le CEFIR a maintes fois démontré la pertinence de son sujet d’études et l’expertise de haut niveau de ses scientifiques provenant de nombreux établissements d’enseignement supérieur. En tant que centre de recherche scientifique indépendant relevant d’une institution d’enseignement supérieur, il réalise des mandats de recherche, de recommandation et de formation pour des organisations des gouvernements municipaux, québécois et canadiens ainsi que pour des organisations syndicales ou associatives et des établissements d’enseignement supérieur.